logo ARTICLE 13

Généralités sur la laine de mouton brute

jeudi 13 octobre 2005.
 
Isolant local et écologique par excellence - enfin, si on pouvait demander son avis au mouton - la laine brute impose néanmoins quelques contraintes à ses utilisateurs...

La laine de mouton brute est utilisée telle quelle en isolation en vrac. Elle n’est ni traitée, ni cardée, le suin faisant office d’antimites.

Lors de la tonte, il faut que le tondeur trie les parties crottées de l’animal (dessous et arrière) du reste, afin de ne pas avoir à le faire ultérieurement (mélange).

La tenue des propriétés répulsives du suin par rapport aux mites n’est pas connue précisément, bien que des retours d’expérience fassent état de laine installée depuis plus de 10 ans sans problèmes. L’ajout d’un anti-mite naturel peut aider à sa conservation (copeaux de cèdre, paille de lavande, fougère, pommes de pins...)

L’odeur dégagée par la laine une fois en place derrière un parement (fermacell, lambris) est indécelable. Il faut toutefois que les animaux aient été élevés en plein air et pas en bergerie.

Le tri effectué par le tondeur peut expliquer un certain surcoût par rapport à la laine brute d’origine, une partie de la laine n’étant pas valorisée. Les tarifs varient entre 0.60 et 1 € le kg. C’est l’éleveur qui vend la laine, ou un marchand de laine. Elle est livrée en gros ballots que l’on appelle des curons.

Pour 20 cm d’isolation, il faut compter 15 kg de laine brute au m2 (ce qui correspond à 7 brebis). A 1 Euro le kilo, le coût de l’isolation tourne autour de 15 E le m2.

La période de tonte de situe au printemps.

Pour trouver des fournisseurs, contactez les organisations agricoles bio de votre région (GAB, CIVAM), discutez avec les paysans bio sur les marchés...

-  Mairie de Ligné (44)
-  Mr Dubecq, marchand de laine La Chapelle Largeau (79) 05 49 81 82 64